Newsletter n°4 - Octobre 2020

veggie burger

 

Fin octobre, le parlement européen s’est penché sur la question des dénominations des produits végétariens tels burgers, saucisses ou autres steaks à base de protéines végétales mais également des ersatz des produits laitiers « style yaourt ».

Il en ressort que les « viandes végétales » pourront continuer à utiliser des dénominations se référant à la viande, tout en précisant la nature réelle du produit pour éviter d’induire le consommateur en erreur.

Cela dit, l’utilisation de termes se référant aux produits animaux pour décrire des produits végétaux est interdite en France par la loi sur la transparence des étiquetages des produits alimentaires. Toutefois, le décret stipulant les modalités pratiques de l’application de cette loi est toujours en attente.
Par contre, pour les produits laitiers, il ne sera plus possible pour les substituts végétaux de faire allusion aux produits laitiers. Fini les fromages au tofu, fausse mozzarella ou yaourt de soja. Il y a quelques temps déjà, les références au « lait » comme lait de soja, ou autre laits végétaux, avaient été interdites pour éviter toute confusion.

Legifrance

repas

Agribalyse (chapeauté par ADEME et INRAE), une base de données composées de nombreux aliments dont l’impact environnemental a été calculé. 2500 produits, 14 indicateurs construits selon l’approche scientifique de l’Analyse de Cycle de Vie, et des résultats permettant de mettre en lumière l’empreinte écologique de ce que nous mangeons.
Si, sans surprise la viande (d’agneau) présente un score assez mauvais, le poisson pangasius ou le café soluble ne sont pas plus enviables. On peut aussi épingler les nouilles déshydratées, les amandes ou les tomates séchées à l’huile… De quoi, en tous cas, consommer de manière éclairée.

Agribalyse

champignons des bois

C’est encore la saison et en matière de champignons, il vaut mieux s’y connaître.

L’ANSES rappelle que la cueillette peut s’avérer dangereuse puisque responsable de plusieurs intoxications chaque année.

Il s’agit la plupart du temps de confusion d’espèces mais aussi de la consommation de champignons mal cuits ou cueillis à un état avancé.

Les conseils de bon sens peuvent paraître évidents mais peuvent éviter des intoxications parfois graves:
-Ne cueillir que les champignons que vous connaissez et en bon état.
-Au moindre doute: s’abstenir. Au pire, les pharmaciens ou club de mycologie peuvent vous éclairer.
-Ne pas s’aventurer sur des terrains potentiellement pollués.
-Conserver les champignons au frais, de préférence dans un carton, panier (pas de plastique qui accélère le pourrissement) et éviter le contact avec d’autres aliments. A consommer dans les deux jours.
-Bien cuire les champignons et ne jamais manger des champignons sauvages crus.
-La consommation de votre cueillette est également déconseillée chez les jeunes enfants.

ANSES

Recette: Soupe de butternut

soupe butternut

 

Butternut ou courge beurre colore nos étals et présente l’avantage de se cuisiner de nombreuses façons.
Cette soupe est sans conteste une recette simple qui est souvent appréciée des enfants.
On peut aussi la sublimer en ajoutant une mousse de lait façon cappuccino ainsi que des graines rôties.

Ingrédients

Un butternut
2 carottes
1 oignon
eau
20 g de beurre
lait demi écrémé
1 bouillon cube
Curry
Graines de courge

 

Préparation

Pelez le butternut, enlevez les graines et taillez-le en cubes.
Lavez les carottes et coupez-les en morceaux, de même que l’oignon.
Dans une grande casserole, faites revenir les légumes au beurre.
Mouillez avec le bouillon (eau et cube) et cuisez à petits bouillons une vingtaine de minutes.
Mixez, ajoutez le curry (selon votre goût) et une lampée de lait.
Rectifiez l’assaisonnement.
Pour épater vos convives, vous pouvez servir la soupe dans de petits bols, accompagnée de graines rôties, d’une mousse de lait et de feuilles de coriandre. Vous pouvez aussi ajouter des lanières de jambon séché et grillé.